Pour l’auditorat, l’Ordre des pharmaciens met des bâtons dans les roues de MediCare-Market
Le groupe MediCare-Market fait grincer des dents parmi les pharmaciens et a fait l’objet de diverses plaintes et campagnes.Crédits: JPC-PROD – stock.adobe.com (ILLUSTRATION)
BELGIQUE

Pour l’auditorat, l’Ordre des pharmaciens met des bâtons dans les roues de MediCare-Market

L’auditorat de l’Autorité belge de la concurrence estime, dans un projet de décision motivé transmis au Collège de la concurrence, que l’Ordre des pharmaciens a enfreint le droit de la concurrence de par son comportement à l’égard de la chaîne de parapharmacies MediCare-Market.

Dans son projet de décision, l’auditeur «allègue l’existence de pratiques restrictives de concurrence attribuées à l’Ordre des pharmaciens ayant pour objet d’une part, d’évincer du marché des services délivrés par les pharmaciens et/ou d’empêcher le développement du modèle MediCare-Market et d’autre part, d’imposer indirectement à MediCare-Market un prix minimum de vente des médicaments», peut-on lire jeudi dans un communiqué. Autant de comportements qui seraient contraires au droit de la concurrence.

«Vous ne pouvez pas vous associer pour exclure un concurrent. L’Ordre des pharmaciens a pris des décisions, actions et initiatives qui avaient pour but, selon nous, d’empêcher le développement du modèle MediCare-Market», a expliqué à l’agence Belga Véronique Thirion, auditeur général à l’Autorité belge de la Concurrence.

Il revient maintenant au Collège de la concurrence de se positionner. Quant à l’Ordre des pharmaciens, qui veille au respect de la déontologie professionnelle, il a la possibilité de se défendre contre les griefs exprimés à son encontre par l’auditorat en soumettant des observations écrites. Il sera également entendu oralement en audience.

In fine, le Collège décidera s’il existe ou non une infraction au droit de la concurrence. Cette décision est attendue vers mai-juin 2019.

La chaîne de parapharmacies MediCare-Market compte une vingtaine de points de vente dans le pays. Son modèle «disruptif» associe une pharmacie traditionnelle de petite taille, accolée à une parapharmacie (produits de santé, beauté, soin) d’une superficie beaucoup plus importante. Depuis l’ouverture de son premier point de vente en 2014 à Gosselies, le groupe fait grincer des dents parmi les pharmaciens et a fait l’objet de diverses plaintes et campagnes, notamment de la part de l’Association pharmaceutique belge (la fédération des pharmaciens d’officine indépendants).

LES PLUS RECENTS