À Ramelot, une voiture s’encastre dans la façade de la bourgmestre Cilou Louviaux
La voiture a foncé dans la maison de la famille de la bourgmestre, au carrefour entre la rue du Village et la chaussée Romaine, à RamelotCrédits: -
RALLYE DU CONDROZ

À Ramelot, une voiture s’encastre dans la façade de la bourgmestre Cilou Louviaux

Sur le coup de midi, la spéciale de Ramelot a été neutralisée. Une voiture a percuté la façade de la bourgmestre, Cilou Louviaux, chaussée Romaine. Pas de blessé mais d’importants dégâts dans la maison…

La voiture de Tobias Brüls qui venait de Linchet, empruntait la rue du Village à Ramelot et s’apprêtait à reprendre la chaussée Romaine quand elle a percuté plusieurs potelets à proximité du monument aux morts dont un s’est calé dans la roue, empêchant le pilote de maîtriser son bolide. Celui-ci a donc terminé sa course dans la maison en face du carrefour, celle de la famille de la bourgmestre de Tinlot, Cilou Louviaux. La bourgmestre et son fils vivent en effet dans ces deux maison mitoyennes. «Ça vient de se passer, explique-t-elle, encore sous le choc. La voiture est littéralement entrée dans la façade. Elle a enfoncé la porte-fenêtre qui a percuté le radiateur et fragilisé les linteaux. C’était mon dernier rallye en tant que bourgmestre. Je suis servie… Mais heureusement, il n’y a pas de blessé. La zone était interdite au public. C’est vraiment la faute à personne et à pas de chance. Et dire qu’habituellement, mes petits-enfants regardent le rallye par cette fenêtre. Ils ne sont pas là aujourd’hui et tant mieux... Je n’ose imaginer ce qui se serait passé…» La police et les pompiers sont sur place pour vérifier la stabilité de la maison. La spéciale Ramelot, elle, est définitivement neutralisée. Pour le pilote Tobias Brüls, c’est décidément pas de chance. Car dans la nuit de jeudi à vendredi, on lui avait déjà volé sa voiture dans le parc d’assistance de Huy. Il avait du faire rapatrier dare-dare une voiture d’Allemagne pour s’aligner au départ. La malchance le poursuit...

À lire dans L’Avenir de ce lundi 5 novembre, sur tablette, smartphone ou PC