L'importance des réseaux sociaux en campagne électorale
Julie Rizkallah-Szmaj (à gauche) publie régulièrement sur ses réseaux sociaux. On la voit ici avec Valérie Debue (au centre) et Lyseline Louvigny.Crédits: -
Régions

L'importance des réseaux sociaux en campagne électorale

Active sur les réseaux sociaux, Julie Rizkallah-Szmaj (Réformatrices BW) initie les candidates à une bonne communication numérique.

La Wavrienne Julie Rizkallah-Szmaj est vice-présidente du MR international et attachée parlementaire. Elle fait également partie du mouvement des Réformatrices BW aux côtés de Lyseline Louvigny, députée wallonne et élue à Tubize. Ensemble, elles aident les femmes à s’engager en politique.

Ce vendredi, celles-ci ont abordé l’importance des réseaux sociaux en campagne électorale lors d’une conférence sur « Les secrets d’une communication réussie ». Une thématique des plus appropriées à cinq semaines des élections. « Aujourd’hui, au-delà de la communication verbale, il faut savoir s’exprimer sur les réseaux sociaux, indique Julie Rizkallah-Szmaj. Il faut vivre avec son temps. Bien que certains politiques soient encore fort attachés au porte-à-porte, ils ne doivent pas sous-estimer le pouvoir de la communication en ligne. De plus, certains primo votants ne sillonnent pas forcément les marchés et ne sont pas toujours disponibles chez eux. Il faut donc pouvoir toucher tous les pans de la société. »

Pour Julie Rizkallah-Szmaj, il est désormais compliqué de faire une bonne campagne électorale sans être actif, ou active, sur les réseaux sociaux. « C’est ce que nous essayons d’apprendre ici à nos membres dont la moyenne d’âge tourne autour des 45?ans. Elles n’ont pas grandi avec internet. On essaye alors de leur apprendre à s’exprimer sur les réseaux et à mener une campagne digitale numérique pertinente. Les réseaux sociaux permettent de communiquer plus rapidement et facilement avec les gens. Et c’est un très bon tremplin pour les candidats moins connus. »

Un petit tour et puis s’en va

Une présence en ligne qu’il ne faut surtout pas négliger, les élections passées, comme le signale Julie Rizkallah-Szmaj : « Il faut rester logique dans ce que l’on fait. Si vous apparaissez soudainement en ligne en période d’élections et que vous disparaissez aussi vite après, les gens ne seront pas dupes. Il faut garder une présence et une proximité avec votre audience. La communication numérique ne remplace évidemment pas la communication directe, mais c’est un complément. Il faut savoir l’utiliser à bon escient et être sincère. »

Julie Szmaj rappelle également les revers que peuvent avoir les réseaux sociaux : « Il faut rester prudent et éviter la polémique. Il ne faut pas rentrer là-dedans. Comme dans la vie, il faut réfléchir à ce que l’on dit sur les réseaux. En plus, internet n’oublie rien et gardera toujours une trace de ce que vous publiez. Comme de nombreux candidats, je suis victime d’insultes. Dans ces cas-là, on évite de répondre ou alors on répond de façon intelligente avec, pourquoi pas, un peu d’humour. » 
 

LES PLUS RECENTS