La CSC et le SLFP approuvent un accord pour revaloriser les conducteurs de train
MOBILITE

La CSC et le SLFP approuvent un accord pour revaloriser les conducteurs de train

Ces deux jours de grève ont débouché sur un accord entre les syndicats et la SNCB

La SNCB a conclu mercredi un accord avec la CSC Transcom et le SLFP pour mieux valoriser la fonction de conducteur de train et augmenter son attractivité. Cet accord prévoit une augmentation du pouvoir d’achat des conducteurs de train de 6%, une amélioration de la productivité de 2% ainsi qu’une une série de mesures visant à une amélioration des conditions de travail, annonce la SNCB dans un communiqué.

«Après des années de décalage par rapport à d’autres catégories professionnelles au sein de la SNCB, un pas important a été franchi aujourd’hui», souligne la SNCB.

L’accord, trouvé au sein de la commission paritaire nationale, prévoit notamment une augmentation de salaire de 6%. En début de carrière, les conducteurs de train accéderont immédiatement au niveau salarial correspondant à 4 années d’ancienneté. Par la suite, entre 5 et 12 ans d’ancienneté, ils se verront accorder une prime de fidélité d’un montant de 5 000 euros sur cette période. Au-delà de 12 ans, une augmentation barémique sera appliquée à l’instar d’autres catégories de membres du personnel. Après 18 ans de fonction, une prime de loyauté supplémentaire de 5 000 euros, constituée au cours des 6 dernières années, sera versée.

«Les conducteurs qui ont 18 ans d’ancienneté, et qui ont donc manqué l’augmentation barémique par le passé, recevront quant à eux une prime unique de 7 500 euros en compensation», ajoute la SNCB.

«Par ailleurs, dans les six mois, l’enveloppe des primes de productivité qu’ils reçoivent en supplément pour la desserte de services plus compliqués et effectués très tôt le matin, fera l’objet d’une importante augmentation», pointe-t-elle encore. En moyenne 120 euros de plus par mois seront touchés par chaque conducteur de train.

En parallèle, des mesures qualitatives seront mises en œuvre pour que «les conducteurs puissent travailler dans de meilleures conditions de travail, avec un matériel plus performant». «En collaboration avec les syndicats reconnus, des groupes de travail, destinés tant à soutenir l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée qu’à mieux encadrer la période de fin de carrière, sont également mis en place. Ainsi, les conducteurs de train qui ne peuvent plus rouler pourront être réorientés et accompagnés vers un autre emploi au sein de la SNCB.»

«D’autre part, il y a un effort des conducteurs de train, dont la productivité est augmentée de 2% sur la base de règles de planification de leurs prestations plus flexibles», conclut la SNCB.

LES PLUS RECENTS