CONTENU SPONSORISE
Arnaques aux cryptomonnaies: plus de 2 millions d’euros soutirés
Dossier commercial

Arnaques aux cryptomonnaies: plus de 2 millions d’euros soutirés

Devenir riche en quelques semaines grâce aux cryptomonnaies?

Si c’est « trop beau pour être vrai », comme le souligne une récente campagne de sensibilisation, c’est probablement faux.

« Vous voulez devenir riche rapidement ? Misez sur les cryptomonnaies comme le Bitcoin, des monnaies virtuelles et alternatives ! » Ce conseil émane généralement d’escrocs en ligne qui promettent de belles sommes en retour sur investissement. Le résultat ? Toutes les économies que vous avez investies disparaissent dans la nature. Les témoignages de personnes dupées ne manquent d’ailleurs pas.

2,3 millions perdus en six mois
Depuis le début de l’année, ce sont très exactement 2.319.751 euros qui ont été perdus par 118 victimes belges. Faites le compte, cela représente plus de 17.000 euros en moyenne par personne ! Les investissements dans les cryptomonnaies sont de plus en plus populaires et les escrocs en profitent. 329 signalements ont déjà été enregistrés et 42 sites web frauduleux ou suspicieux ont été placés sur liste noire. Les victimes sont approchées par e-mail, sur les médias sociaux ou même par téléphone. « Investissez dans les monnaies virtuelles et obtenez un retour sur investissement mirobolant » est le message clé. Mais ceux qui investissent ne revoient jamais leur argent…

Si c’est trop beau pour être vrai…
La vigilance est donc de mise et de simples astuces peuvent vous aider à identifier les arnaques[gx3] . Dites-vous surtout que quand le gain promis est trop beau, il y a de fortes chances d’être face à une escroquerie en ligne. Ne tombez pas dans le panneau. Selon le Point de Contact du SPF Economie, plus de 8.000 signalements pour arnaques en ligne ont été enregistrés depuis le 1er janvier 2017, pour des pertes s’élevant au total à… 13,6 millions d’euros ! Un montant qui ne serait que la partie visible de l’iceberg puisque l’on estime que seules 4 % des fraudes sont officiellement déclarées et enregistrées. Le préjudice total s’élèverait donc en fait à plus de 340 millions d’euros !