Une soirée «Tomorrowland» sur la Grand-Place pour le Doudou 2018
La foule sera-t-elle également au rendez-vous le lundi de la Ducasse, comme elle l’est le vendredi pour la soirée concerts? C’est le défi de l’échevinat des fêtes.Crédits: -
MONS

Une soirée «Tomorrowland» sur la Grand-Place pour le Doudou 2018

La ville de Mons a présenté le programme pour les festivités du Doudou. Une nouveauté cette année: la «Doudou Sound Party» au lendemain du combat.

Dans un peu plus d’une semaine, Mons basculera en mode Doudou. La température monte déjà dans la cité du Doudou, où les plus fervents amateurs du Doudou rongent leur frein en attendant de basculer dans un autre espace-temps durant un week-end très prolongé de la Trinité. Car à côté de la Ducasse rituelle, qui se déroule du samedi 26 au dimanche 27 mai, la Ducasse festive se charge d’étendre la ferveur populaire deux jours avant, et quelques jours après.

Si la Ducasse rituelle est désormais bien ancrée dans une certaine tradition qui évolue de manière imperceptible pour le grand public, la ducasse festive laisse elle la place aux nouveautés et aux innovations.

Et comme nouveauté cette année, on pourra assister à une «Doudou Sound Party». Imaginée par le nouvel échevin des fêtes Achile Sakas et son équipe, elle se déroulera le lundi 28 mai, soit le lendemain de la procession et du combat dit Lumeçon. Habituellement, le lundi est le jour creux de la Ducasse, celui où les Montois se reposent après une longue journée intense.

Pour remuer un peu les foules, l’échevinat des fêtes a donc imaginé une soirée sur la Grand Place de Mons, qui se transformera en dancefloor pendant que trois DJ’s se succéderont depuis le balcon de l’hôtel de ville. Rendez-vous dès 20h pour une soirée «familiale et relax», dans un esprit «Tomorrowland» selon les organisateurs, qui espèrent que la sauce prendra, tout comme elle a pris pour la soirée du vendredi soir,

Ce soir-là, les concerts programmés par Sud Radio attirant désormais la grande foule en plus de 20 ans d’existence de l’événement. Cette année, la radio hennuyère basée dans le piétonnier reconduit sa formule plateau multi-artistes, où ceux-ci se succéderont pour des prestations relativement courtes. Présent pour la 3e fois consécutive, le groupe Mister Cover, par la voix de son chanteur Nicolas Dieu, a tenu à rassurer: «85% de la setlist a été renouvelée par rapport à l’an dernier», affirme-t-il. De quoi convaincre ceux qui se sont dits «encore eux», en découvrant le programme (à découvrir ici).

Rebelote pour les fanfares

La nouveauté de l’an dernier, le festival des fanfares de rue, est reconduite. Il se déroulera du 26 au 29 mai, 11 fanfares se produiront à Mons et dans les anciennes communes de l’entité. Remplaçant un festival des musiques militaires en grande perte de vitesse, ce nouveau rendez-vous a été assez décrié par certains. Pour le bourgmestre Elio Di Rupo, la première édition a connu «un succès raisonnable», offrant à l’événement «une deuxième année d’observation». Et tant pis pour les râleurs et nostalgiques des musiques militaires.

«Toute innovation a ses opposants. Quand les personnages féminins ont été introduits dans le Lumeçon, j’ai reçu une pétition signée de 800 femmes nous accusant de modifier la structure du combat. Si on continuait avec les musiques militaires, il aurait fallu payer des figurants pour aller au stade Tondreau». Pour le bourgmestre, un retour en arrière est impossible: mieux vaut laisser sa chance à ce nouveau rendez-vous de s’installer dans les mœurs.

Un rendez-vous remanié par rapport à l’an dernier, puisque le lundi soir, les fanfares cèdent le terrain aux DJ’s. Par contre, elles se retrouveront mardi soir sur la Grand-Place pour un spectacle conclu d’un feu d’artifice. Le programme complet est à découvrir sur le site de la ville de Mons.

LES PLUS RECENTS