Rumes

VIDÉO | Une leçon de tonte de texels à l'élevage de Clairmée

Pour certains, ce sont les timbres, pour d’autres le football. Le Taintignien, Bruno Frappez, consacre ses temps libres totalement à l’élevage des texels. Petite leçon de tonte en vidéo avec l'éleveur...

Petit déjà, Bruno Frappez rêve d’élever des ovins. Peut-être parce que son grand-père maternel en possède quelques têtes chez lui. Une époque que Bruno ne connaît pourtant qu’à travers de vieilles photos jaunies. Ses parents ne possèdent quant à eux pas d’animaux, mais adolescent, il aide un voisin qui élève quelques ovins chez lui.

Avec ce passionné et au hasard de rencontres avec d’autres éleveurs, il apprend à tondre, à couper les ongles, bref à veiller à l’entretien complet de ses bêtes. Une activité qui se transforme très vite en une véritable passion pour le Taintignien. Lorsqu’il se marie, en 1980, il achète ses premiers ovins, de « simples » moutons ordinaires. Pour son 25e anniversaire, ses parents lui offrent un premier texel.
Ce « cadeau » incite le jeune éleveur à se perfectionner dans cette race issue de l’île du même nom aux Pays-Bas et reconnue pour ses aptitudes bouchères. Cela, tout en poursuivant son métier d’électromécanicien. Durant 20 ans au sein de l’usine Renault, à Orcq, ensuite chez ECIB, à Meslin l’évêque. Pour se concentrer pleinement à l’élevage, il ne prend, à l’époque, ses congés que durant la période d’agnelage.

Aujourd’hui, Bruno profite pleinement de ses temps libres pour les consacrer à sa passion, allant jusqu’à cultiver 15 ares de maïs pour nourrir ses bêtes. Développant ainsi très tôt une pratique qui revient à la mode aujourd’hui : l’autonomie alimentaire consistant à nourrir ses propres bêtes avec une culture réservée exclusivement à cet effet.

Membre actif de l’Association wallonne de l’élevage, Bruno met tout en œuvre pour répondre aux critères imposés pour améliorer la race. Dont la « cotation linéaire » qui consiste à établir toute une série de paramètres statistiques définissant les standards que l’on est censé retrouver chez les texels dignes de ce nom. Comme, par exemple, la largeur de la selle, la grosseur de la tête, la circonférence du canon (soit l’ossature comprise entre le genou et le sabot),…
Des critères applicables aux bêtes d’un an et demi issues des élevages reconnus et évalués par des juges agréés. Cela, de manière à établir des critères objectifs transposables dans tous les élevages de cette race.

La découverte de l’élevage de la Clairmée est l’une des 35 activités proposées dans le cadre du week-end Wallonie bienvenue proposé ces samedi 19 et dimanche 20 mai, à Rumes. Bruno et Marie-Claire accueilleront les visiteurs pour partager leur passion et vous pourrez participer à un petit concours ludique sur place. Accessible gratuitement entre 10 h et 18 h au 29, rue de Clairmée, à Taintignies.
Le programme complet du week-end est disponible sur le site : www.walloniebienvenue.be

++ D'autres infos dans notre édition de l'Avenir/ le Courrier de l'Escaut de ce mardi 8 mai 2018 ++

LES PLUS RECENTS