Tournai

VIDEO : Entre Rome, la Chine et le Qatar, Luc Petit a mis le feu aux Bastions

Le réalisateur tournaisien Luc Petit a mis le feu aux Bastions le jour de l’inauguration avec un spectacle riche en images et en poésie. Il ira prochainement créer des événements similaires à Rome et au Qatar, effectuera un petit détour par la Chine où il construit un théâtre, avant de revenir chez nous pour les féeries de Beloeil...

Luc Petit fait très régulièrement mentir le dicton selon lequel nul n’est prophète dans son pays. Car si cet alchimiste des arts de la scène s’est fait connaître aux quatre coins du monde avec des spectacles-événements à couper le souffle, il revient également régulièrement au pays, et tout particulièrement dans le Tournaisis où il a ses racines.

Il était notamment, dans sa ville natale, à Tournai lors des fêtes de fin d’année dans le cadre des Nocturnales, avec le spectacle « le Noël d’Anoki » donné en la Cathédrale. Où il a réalisé un véritable carton ; les 18 représentations inscrites au programme ayant attiré près de 6 000 spectateurs. Il devrait remettre le couvert avec un nouveau spectacle pour les festivités de la fin de cette année 2 018.

En attendant, c’est à Beloeil qu’on le retrouvera au mois d’août dans le cadre des Musicales qu’il a totalement revisitées en « Féeries de Beloeil » avec une ouverture plus large sur le monde extérieur, l’Asie notamment avec ses musiques et son univers poétique. Nous y reviendrons.
Un clin d’œil à l’ancienne piscine
C’est tout naturellement que Wereldhave a fait appel au talent du réalisateur tournaisien pour le spectacle d’ouverture de l’extension du complexe commercial. La galerie des Bastions et le retail park étant installés depuis près de 40 ans sur le site d’une ancienne cimenterie et de la piscine à ciel ouvert Marvis.

Ce dernier élément a inspiré le metteur en scène qui a inclus dans le spectacle inaugural les prestations de plongeurs s’élançant dans un bassin d’eau depuis des plongeoirs situés à plusieurs mètres de hauteur.

« J’avais une dizaine d’années quand je fréquentais la piscine dont on apercevait les plongeoirs depuis la route toute proche », se souvient Luc Petit. Revisitée à la sauce Luc Petit, cette évocation des Bastions faisait également la part belle à la danse, aux effets pyrotechniques, à la poésie.

Trente minutes de pur bonheur
Le centre des Bastions n’est pas le seul à solliciter le metteur en scène tournaisien pour ce type de représentation. Il va en effet prochainement s’envoler pour Rome et pour le Qatar pour des prestations similaires.
Entretemps, il consentira quelques allers-retours vers la Chine, à Quingdao, où il est en train de monter un théâtre dans lequel l’élément aquatique occupera une place prédominante.

Mais il reviendra à coup sûr au pays en septembre pour… « Décrocher la lune » et émerveiller à nouveau « son » public.

LES PLUS RECENTS