L’aile psychiatrique de la prison de Lantin dans un état «alarmant»
ArchiveCrédits: REPORTERS
JUPRELLE

L’aile psychiatrique de la prison de Lantin dans un état «alarmant»

Le manque de personnel est criant dans l’aile psychiatrique de la prison de Lantin, et cela impacte la prise en charge des détenus.

La section belge de l’Observatoire International des Prisons dénonce jeudi dans un communiqué le manque de personnel au sein de l’aile psychiatrique de la prison de Lantin et de l’établissement de défense sociale (EDS) de Paifve, sur base du rapport publié dans la journée par le CPT (Comité de prévention contre les traitements inhumains et dégradants du Conseil de l’Europe).

«La situation des internés dans les prisons, ainsi qu’à l’établissement de défense sociale (EDS) de Paifve, appelle à des mesures immédiates», est-il écrit dans le rapport du CPT, qui recommande une plus grande implication du SPF Santé publique dans leur prise en charge. «L’état de la prise en charge des internés à l’annexe psychiatrique de la prison de Lantin est apparu comme étant particulièrement alarmant», ajoute ce rapport.

Selon l’OIP, «l’équipe multidisciplinaire devant encadrer les individus internés à l’annexe psychiatrique de Lantin est composée… d’une seule intervenante. L’éducatrice et l’ergothérapeute attachés à l’annexe psychiatrique étant en maladie de longue durée, il n’y a plus d’infirmière rattachée à l’annexe psychiatrique.» L’OIP ajoute que les services d’aide sociale aux détenus et l’équipe mobile censée suppléer au manque de personnel ne seraient en mesure de prêter main-forte, à cause d’un manque d’effectifs.

À l’EDS de Paifve, seuls trois psychologues (dont un est en 4/5 temps et l’autre à mi-temps) et un assistant social sont en charge des 208 internés, un psychologue venant de démissionner, précise encore l’OIP.

«Le ministre de la Justice (Koen Geens, NDLR) parle de recrutement….mais les procédures de sélection durent près de deux ans. L’OIP dénonce une fois encore le manque de respect des engagements pris par les autorités belges», conclut l’observatoire.

LES PLUS RECENTS