Tournai

DIAPO : Ouvrir une nouvelle Parenthèse à Tournai

Avant la fin de ce mois, des nouveaux châssis finiront de rendre son éclat d’antan à l’ancien café de la Lanterne, à Tournai, qui attend toujours un repreneur…

Sécurisé pendant plusieurs mois par un carcan métallique parce qu’il menaçait ruines, l’ancien café de la Parenthèse située à l’angle des rues Dorez et Perdue, retrouve petit à petit son lustre de jadis. C’est heureux car cette façade s’ouvrant sur l’une des entrées principales de la ville de Tournai est typique de celles que nous a léguées l’époque de Louis XIV (XVIIe ). Enfin, du moins pour ce qui concerne les étages supérieurs des bâtiments surplombés par une corniche en bois proéminente typique de cette époque.

Le rez-de-chaussée a quant à lui subi des transformations plus récentes, « sans doute au XIX siècle », nous explique l’historien local Étienne Boussemart. « Avant-guerre, c’était le café de la Cloche, précise ce dernier, soit lorsqu’il y avait un théâtre rue Perdue. Lors des représentations, ce bistrot faisait sonner une cloche – je suppose qu’il y avait un gamin qui faisait la navette café-théâtre - lorsque l’entracte était achevé et qu’il était temps de reprendre sa place. »

Le théâtre a été touché lors des bombardements de mai 1940 et démoli l’année suivante, la Ville n’ayant pas les fonds nécessaires pour le reconstruire. Le bistrot est quant à lui resté en place et, pour la plupart des Tournaisiens, celui-ci reste connu pour avoir été durant plusieurs décennies le café de la Parenthèse où se pratiquait ce sports typique de la région : le jeu de fer. Le nom « La Parenthèse » est d’ailleurs toujours associé à celui d’une équipe actuelle que l’on retrouve dans les tournois mettant cette discipline à l’honneur.

Avant la fin de ce mois, le bâtiment - qui a notamment souffert lors du chantier d’aménagement de la rue Perdue en 2014 - se verra doter de nouveaux châssis. Ce qui complétera la restauration de la façade qui s’est parée d’une bonne couche de peinture lui redonnant un bel éclat. Du côté du propriétaire - la brasserie Haacht - on recherche activement un repreneur qui acceptera de (re) donner au lieu l’ambiance typiquement tournaisienne dont on pouvait se délecter à cet endroit.

« Pour l’heure, tout est encore possible pour l’aménagement intérieur, précise Nicolas Huwaert, de la brasserie Haacht. Si le repreneur est trouvé rapidement, il sera évidemment associé aux choix qui seront portés. On peut encore placer le bar à droite, à gauche ou au milieu de la pièce pourvu qu’il y ait de la place pour un jeu de fer…
Nous sommes ouverts à tout. Si nous ne trouvons pas de repreneur rapidement, nous ferons au mieux avec la volonté de mettre en avant et de respecter l’esprit typiquement tournaisien… »

Avis aux amateurs…

LES PLUS RECENTS