Des amateurs de cinéma tournent un film d’action à Huy
Huit jours de tournage et plusieurs mois de montage ont été nécessaires aux jeunes cinéphiles afin de produire un long-métrage d’une heure.Crédits: ÉdA
HUY

Des amateurs de cinéma tournent un film d’action à Huy

La ville de Huy et son fort ont servi de décor au long-métrage d’une vingtaine de jeunes amateurs. Une fiction inspirée de faits historiques.

L’affiche du film est déjà collée sur le mur de sa chambre. L’aboutissement de plus d’un an et demi de travail pour Maxime Beltran et ses camarades. En juillet 2016, le Héronnais de 23 ans commence à rédiger les 45 pages du scénario. L’idée est lancée: ce sera un film d’aventure, basé sur un fait d’Histoire. Quoi de plus évident pour cet étudiant liégeois en Master 2 d’histoire de l’art. Et avant de s’introduire, avec ses deux caméras, dans les entrailles du fort de Huy, l’équipe d’autodidactes a dû dépouiller les archives.

Du patrimoine à la fiction

Au cours de leurs recherches, ils se sont intéressés au sort de la charte de la Ville de Huy. Un document qui a marqué l’histoire de la Ville. Ce film amateur se déroule aussi bien au Moyen-Âge qu’à l’époque actuelle. Les scènes sont ponctuées par des plans aériens de la cité mosane, tournés à l’aide d’un drone. «Notre film contribue aussi à faire la promotion de notre patrimoine. On commence par explorer la ville et la fiction se met en route.» Mais, comment ne pas lasser le spectateur avec trop de données historiques? «C’est le gros défaut du film. La première partie est plutôt lente, mais va intéresser les amateurs du patrimoine, tandis que la fiction, qui arrive plus tard, séduira les plus jeunes», analyse l’auteur du projet, qui a déjà présenté quelques extraits à son entourage.

Au total, huit jours de tournage et plusieurs mois de montage. Leurs références? La série Indiana Jones et le personnage de Jean Dujardin dans OSS 117. Pour ce long-métrage d’une heure, aucun partenariat n’a été scellé avec quelque organisme culturel que ce soit. Un travail amateur, principalement destiné à être diffusé sur les réseaux sociaux.

Diffusion à Sainte-Marie

La suite? Maxime l’imagine déjà mais tout est une question de temps. Une diffusion sera organisée, en comité restreint, le 12 février à 20 h 30, au sein de l’institut Sainte-Marie à Huy. Le film sera mis en ligne le 19 février à 20 h. Plus d’information sur la page Facebook Beltrafilms.

LES PLUS RECENTS