Expulsion de réfugiés au centre Fedasil: les méthodes musclées de la police fédérale
Des traitements dégradants au centre Fédasil de Jodoigne?Crédits: ÉdA – 30848709000
JODOIGNE

Expulsion de réfugiés au centre Fedasil: les méthodes musclées de la police fédérale

Mercredi matin, des agents de la police fédérale sont intervenus pour interpeller une famille tchétchène à Jodoigne. Avec des méthodes musclées et choquantes.

Ce mercredi matin, à la demande de l’Office des étrangers, les agents sont intervenus hier pour interpeller une famille tchétchène afin de les renvoyer en Pologne où ils avaient transité et demandé en premier lieu l’asile, sans succès. Cette procédure dite de Dublin est un accord entre États européens qui permet de renvoyer un demandeur d’asile dans le premier pays où il a fait sa demande. L’Office des étrangers n’ayant pas donné une suite favorable à leur demande d’asile en Belgique, les deux parents et leurs huit enfants, âgés de 3 à 16 ans, scolarisés dans les écoles de la commune et bien intégrés, devaient quitter le territoire.

Selon le bourgmestre ff de Jodoigne, Jean-Luc Meurice (MR) et le commissaire de la police locale, les choses se passaient bien jusqu’au moment où le père de famille a refusé de partir en l’absence d’une de ses filles, âgée de 14 ans.

À partir de ce moment, les agents de la police fédérale ont eu un comportement indigne. Ils ont entravé les mains et les jambes du père de famille et lui ont passé une camisole de force avant de l’embarquer de force dans leur camionnette.

La Fédération PS du Brabant wallon ne peut accepter que quiconque soit traité d’une telle manière, encore moins un père d’une famille ayant fui leur terre d’origine.

« Une fois de plus, les procédés de la police, répondant ainsi à la politique scandaleuse prônée par le secrétaire d’État à la Migration, Théo Francken, doivent être dénoncés. Il s’agit là, après notamment le traitement dégradant infligé aux migrants du Parc Maximilien à Bruxelles, de procédés non seulement inhumains et injustifiés mais aussi totalement contraires à la politique d’accueil de la Belgique», poursuit le PS Brabant wallon.

André Flahaut: «Inacceptables et indignes d’une démocratie»

« Les violences subies par une famille tchétchène venue chercher asile dans notre pays sont inacceptables et indignes d’une démocratie, indique le ministre André Flahaut. Une fois de plus, nous assistons à un complet déni d’humanité visant les plus précaires et vulnérables. Aucune reconduite à la frontière, aucun arrêté d’expulsion, ne saurait justifier l’acharnement dont cette famille a fait l’objet. Tout cela nous rappelle une époque qu’on espérait ne plus jamais revoir. Nous assistons à une véritable chasse aux étrangers, réfugiés et migrants. Cette mentalité est d’autant plus nauséabonde lorsqu’elle émane des services de l’État. Le comportement et les discours de Théo Francken, de même que l’arsenal législatif voté à son initiative, y sont pour beaucoup. Sur cette base, certains se sentent justifiés à fouler aux pieds les droits humains; à malmener les étrangers présents sur notre sol; à menotter les parents sous le regard apeuré des enfants. Tout cela est insupportable. C’est pourquoi j’invite les femmes et les hommes politiques de gauche comme de droite à se saisir de cette problématique et à interpeller, aussi vite que possible, le Gouvernement quant aux conséquences désastreuses de la politique menée par Théo Francken. Une question de confiance mérite, dès à présent, d’être posée, de même qu’une enquête doit être ouverte au Comité P.»

LES PLUS LUS
PHOTOS ET VIDEOS
LES PLUS RECENTS