NIVELLES

Un policier nivellois, accusé de voler des armes, suspendu

Un policier de la zone Nivelles-Genappe a été pris la main dans le sac ou plutôt l’arme dans ses effets personnels. Il volait des armes ayant appartenu à des particuliers, au sein même des bâtiments de la police locale, pour les revendre. Flagrant délit.

Un policier de la zone Nivelles-Genappe a été pris la main dans le sac ou plutôt l’arme dans des effets personnels. Flagrant délit.

Âgé de 25 ans, cet homme, qui demeure en Hainaut, était l’objet d’une surveillance particulière et discrète au sein du commissariat depuis plusieurs mois, car il était soupçonné de consommation de stupéfiants. La difficulté majeure est de pouvoir intervenir à bon escient en flagrant délit.

Le 23 août dernier, ce policier qui était habituellement affecté aux services d’intervention, fut enfin surpris en possession d’une arme qu’il n’aurait pas dû avoir, mais ce n’est que ce vendredi que l’information filtra. Il est en aveux.

Il fut établi que cette arme provenait de la salle où on en trouve parfois des dizaines voire des centaines qui proviennent de saisies opérées au plan judiciaire ou que des particuliers sont venus déposer suite à la «nouvelle» loi.

Ces armes doivent être inventoriées. La plupart d’entre elles sont destinées à la casse, comprenez qu’elles sont envoyées au banc d’épreuve où elles passent de vie à trépas.

Vu l’importance du nombre de ces pièces et vu, nous dit-on, la procédure assez complexe qui entoure ce secteur puisque tout doit être vérifié, notamment si ces armes ont ou non été volées et ont ou non été utilisées, par exemple pour des braquages, le commissaire divisionnaire Pascal Neyman recruta en septembre 2016 une personne spécialement affectée au local qualifié d’hyper-sécurisé, auquel un minimum de personnes ont d’ailleurs accès.

Une mesure de sécurisation dont l’efficacité devra être jugée au fil du temps. Elle n’empêcha cependant pas ce policier, qui a bien entendu été suspendu, de se faufiler dans les mailles avec la suite que l’on connaît.

L’homme est ainsi soupçonné d’avoir dérobé, en vue de les revendre, plusieurs armes dans ce local où sont rangées les armes saisies, au commissariat de Nivelles. «Un dossier a été ouvert auprès de l’Inspection générale de la police fédérale et de la police locale (AIG), parallèlement à une enquête disciplinaire qui aboutira à une sanction», explique le commissaire divisionnaire Pascal Neyman, chef de corps de la zone de police Nivelles-Genappe.

Un juge d’instruction a été saisi de l’affaire, précise par ailleurs le procureur du Roi du Brabant wallon.

Le suspect n’a pas été placé sous mandat d’arrêt.

LES PLUS RECENTS