Plan de fréquences prolongé: «Tout ça pour ça…»
IllustrationCrédits: zhu difeng — stock.adobe.com
RADIOS

Plan de fréquences prolongé: «Tout ça pour ça…»

La commission Médias du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a approuvé mardi une proposition de décret visant à prolonger les autorisations d’émettre des radios privées dans l’attente d’un nouveau plan de fréquences.

Vu l’absence d’accord politique sur ce nouveau plan pour la période 2017-2025, la majorité de ces 86 radios risquaient de devoir cesser d’émettre après le 21 juillet de cette année.

La proposition de décret adoptée mardi midi devrait être validée dès mercredi en séance plénière, et applicable après sa publication prochaine au Moniteur. Le texte prolonge en réalité les autorisations délivrées il y a 9 ans, et ce jusqu’à la conclusion d’un nouveau plan de fréquences.

La proposition de décret, déposée conjointement par les anciens partenaires de majorité PS et cdH, a été approuvée avec l’appui du MR.

Tout en soutenant l’initiative, le député réformateur Olivier Maroy a néanmoins trouvé celle-ci «peu glorieuse», après «trois ans de palabres et de tâtonnements» du ministre des Médias Jean-Claude Marcourt (PS) dans ce dossier.

«Vous vous êtes lamentablement planté! «, a lancé le député à l’adresse du ministre.

Une attaque qui n’a guère plu à la cheffe de groupe PS, Christiane Vienne, qui l’a qualifiée de «déplacée».

«La responsabilité (de cet échec, NDLR) est collective face à un dossier complexe. S’il n’y a pas de plan de fréquences, ce n’est pas la faute au ministre», a-t-elle fait valoir.

Les ex-partenaires de majorité PS et cdH n’étaient en effet pas sur la même longueur d’ondes dans ce dossier, notamment sur le seuil à partir duquel une radio doit être considérée comme en «position dominante».