«T’as juste un petit zizi!»: NRJ est condamné par le CSA à cause de «Merci pour ton ex»
Le ton de MIKL, trop «libre» pour l’antenne belge? NRJ a pris des mesures pour éviter de futurs dérapages.Crédits: Reporters/Bpresse
RADIO

«T’as juste un petit zizi!»: NRJ est condamné par le CSA à cause de «Merci pour ton ex»

Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) a condamné NRJ pour des propos très déplacés envers un jeune auditeur. La punition consiste à lire un communiqué à l’antenne à plusieurs reprises. L’éditeur a pris des mesures pour éviter ce type de dérapages à l’avenir

«T’as des couilles? Non! comme ça, ça ne s’entend pas… Moi, j’ai une voix d’homme» «T’as juste un petit zizi!» «T’as même pas de zizi. T’as même pas de poil! C’est Alexia qui m’a dit que tu avais une petite bite et qu’en plus tu étais précoce […] Oh mais, tu sais, un petit zizi c’est pas grave. Le fait d’être précoce, c’est un peu chiant.»

Ces propos sont passés sur l’antenne de NRJ le 3 novembre 2016, dans la bouche de l’animateur MIKL, alias Michaël Espinho, dans le cadre de l’émission «Merci pour ton ex». À l’autre bout du fil, il y avait Steven, un adolescent de 16 ans. Le but de l’animateur était de mettre le garçon en colère, à la demande de son ex-petite amie. S’il réussissait, cette dernière gagnait un prix: une tablette. La conversation dure une dizaine de minutes, mais à aucun moment, l’appelé n’est informé qu’il passe en direct sur l’antenne de NRJ.

L’émission est basée sur le principe du canular téléphonique Durant l’audition au CSA, l’éditeur du programme a reconnu que «Merci pour ton ex» n’est certes pas un concept des plus relevés, mais qu’il s’inscrit dans le cadre de la liberté d’expression. Le ton est lié à la nature de son public, à son heure de diffusion tardive… et selon l’éditeur, à l’antenne française, qui pratique une liberté de ton plus grande que dans la libre antenne belge.

 

 

NRJ revoit sa politique

 

Pour éviter que l’incident du 3 novembre 2016 se répète, l’éditeur s’est engagé à appliquer des mesures concrètes d’encadrement des canulars téléphoniques.

1) La «victime» du canular doit toujours être majeure

2) Le canular ne se fait plus en direct, il est pré-enregistré

3) Avant la diffusion du canular, la «victime» doit être contactée, mise au courant et donner son accord à la diffusion

4) MIKL diffusera dans son émission des messages d’intérêt général à portée éducative, dans le même esprit que l’action «100 minutes pour changer le monde», qui existe déjà sur NRJ et les autres radios du groupe (Nostalgie et Chérie FM) et qui vise à mettre des espaces publicitaires gratuitement à disposition pour des messages d’intérêt général.

 

Pourquoi le CSA condamne

Selon le CSA, la dignité humaine représente une limite à la liberté d’expression. Elle ne peut être invoquée que pour répondre à un besoin social impérieux, lorsque l’atteinte qui y est portée est grave et manifeste. Le CSA a estimé que dans la séquence litigieuse, l’éditeur a publiquement et humilié un adolescent en direct, rabaissant la victime du canular au rang d’objet, l’ignorant dans sa dimension d’être humain.

 

«

NRJ a été condamné par le Conseil supérieur de l’audiovisuel pour avoir diffusé le 3 novembre 2016 autour d’1 h 30 du matin, dans le cadre de l’émission de libre antenne de MIKL, une séquence comportant une atteinte à la dignité humaine. En effet, un intervenant mineur a été gratuitement et abondamment insulté par les animateurs durant le direct de l’émission

»

 

La condamnation du CSA consiste à diffuser ce message sur antenne. Ce communiqué doit être lu dans son intégralité trois fois par jour à 1 h, 1 h 30, et 2 heures du matin, du lundi 19 juin 2017 au dimanche 25 juin 2017 inclus. Il devra également être affiché de manière ininterrompue sur la page d’accueil de son site interne, du lundi 19 juin au dimanche 25 juin inclus.