Augmenter la puissance de sa voiture: conseillé ou pas?
En moyenne, une reconfiguration de la cartographie de votre véhicule vous fait gagner 30 cv.Crédits: industrieblick – Fotolia
Conso

Augmenter la puissance de sa voiture: conseillé ou pas?

Augmenter la puissance et le couple de sa voiture, c’est possible pour moins de 500€. Mais il faut se renseigner pour ne pas perdre sa garantie et continuer à être assuré.

Votre voiture vous semble un peu poussive en côte, elle manque de reprise lors d’un dépassement… Et donc, vous lui souhaiteriez quelques chevaux de plus sous le capot.

De plus en plus, des propriétaires de véhicules font augmenter la puissance et le couple de leur voiture. Pas forcément via une opération mécanique mais plutôt en quelques clics sur un ordinateur. Reprogrammer sa voiture, c’est possible, sans véritable impact négatif pour le véhicule. Mais attention à ne pas perdre votre garantie constructeur et ne pas vous mettre en défaut d’assurance…

1. Comment ça fonctionne? Il existe de nombreux opérateurs en Belgique qui reprogramme la cartographie de votre véhicule. Dans cet atelier en province de Liège, le nombre de clients intéressés augmente d’année en en année. «Tous les véhicules sont conçus pour avoir plus de puissance et plus de couple. En fait, c’est une opération qui permet de reprogrammer les données du boîtier électronique. On retravaille sur le calculateur d’origine en modifiant entre 15 et 20 paramètres.» Un même véhicule peut être vendu avec différentes puissances alors qu’il s’agit du même moteur mais qui a été bridé. Le véhicule est donc conçu pour accepter la modification de puissance. «On a beaucoup de clients qui ne souhaitent pas forcément avoir des véhicules performants. Ils recherchent plutôt un meilleur agrément de conduite.» Exemple: «chez Audi, le moteur classique 2L est à 136, 143 ou 150 cv. Ce sont les mêmes moteurs avec une bride électronique.»

Selon notre interlocuteur, le gain moyen est d’environ 30 cv et 60 N/m. Dans cet atelier, on assure travailler avec sérieux. Les augmentations de puissance sont validées par un ingénieur et le véhicule passe ensuite au banc d’essai. Coût de l’opération: minimum 500€.

2. Les assurances Imaginez, vous avez un accident (en tort) et votre assurance se rend compte que le véhicule a été trafiqué. Votre assurance vous suivra-t-elle? Cela dépend de la compagnie. Certaines refusent alors que d’autres acceptent moyennant une adaptation tarifaire. C’est le cas chez Ethias. «Si le client nous déclare l’augmentation de puissance, on continue à assurer moyennant une augmentation de prime.» Il faut compter environ 1€ par kw supplémentaire. Et si vous ne déclarez rien, l’assurance pourrait se retourner contre vous «si on parvient à prouver que le sinistre est dû à une augmentation de puissance.» Donc, si vous avez un accident à 90 km/h, vous ne serez pas inquiété car tout véhicule roule à cette vitesse. Si l’expertise établit que vous rouliez à 240, vous pouvez commencer à vous inquiéter….

3. La garantie constructeur Autre risque: perdre la garantie qui couvre votre véhicule. À la FEBIAC, la Fédération Belge de l’Automobile & du Cycle, on déconseille ce type de reprogrammation. «Nous ne sommes pas très heureux de ces pratiques car on trompe le consommateur en promettant des performances meilleures, des diminutions de consommation. Mais cela peut engendrer des problèmes autres…» Joost Kasemans, le porte-parole de la Febiac, reconnaît pourtant que les véhicules sont généralement bridés pour répondre à des exigences… fiscales. «Dans ce cas, il n’y a pas de soucis. Mais ce n’est que la moitié de l’histoire.»

Pour contourner les problèmes de garantie, les programmateurs incluent dans leur prestation une remise en état initial lorsque vous devez passer pour un entretien dans un garage officiel. Et ensuite, un passage après pour booster à nouveau votre véhicule.