Rallye: Freddy Loix arrête sa carrière pro
-Crédits: BELGA
Sport

Rallye: Freddy Loix arrête sa carrière pro

Alors qu’il vient de fêter ses 46 ans jeudi dernier, Freddy Loix annonce qu’il raccroche comme pilote pro.

Freddy Loix a annoncé ce lundi midi lors d’une conférence de presse à Bruxelles la fin de sa carrière de pilote de rallyes. Le quadruple champion de Belgique en titre (2013-2016) était actif depuis 27 ans. Il a disputé 93 rallyes du championnat du monde entre 1993 et 2004, signant quatre podiums (2e au Portugal 96, 97 et Catalogne 98, et 3e Portugal 98). Loix a été désigné à trois reprises champion de Belgique des pilotes par le RACB (1997, 1998 et 2010) et a remporté 42 rallyes en dehors du championnat du monde dont celui de Ypres à 11 reprises (un record, le premier en 1996 et le dernier en 2016).

«Une des raisons pour laquelle j’arrête, est parce qu’on m’a offert une excellente situation professionnelle» a expliqué celui qui est surnommé ‘Fast Freddy’. «Une de mes fidèles sponsors m’a proposé de m’occuper des relations publiques de plusieurs concessionnaires du groupe Volkswagen, donc aussi de Skoda (marque avec laquelle il a remporté ses trois derniers titres nationaux). C’est un challenge qui me convient et je sentais que le moment était venu de faire autre chose», a ajouté le Limbourgeois.

Freddy Loix sera marketing manager chez MIG Motors dans quatre concessions de Flandre orientale. Il restera pilote d’essais pour le manufacturier Michelin.

«J’ai eu énormément de chance dans la vie et les rallyes m’ont beaucoup apporté. J’ai envie maintenant de donner en retour quelque chose au sport et d’aider un jeune.»

 

 

«Un chic type, en plus d’un pilote rapide»

 

Les réactions de l’annonce de la fin de la carrière de Freddy Loix n’ont pas manqué. Johan Gitsels, qui était le co-pilote de ‘Fast Freddy’ces trois dernières saisons, a estimé que «nos trois succès à Ypres restent nos meilleurs moments. Chaque fois que nous arrivions dans le Westhoek; Freddy était l’homme à battre. Il y avait une pression énorme sur nos épaules. Nous n’étions peut-être pas toujours les plus rapides mais Freddy restait calme et ne dépassait jamais la limite. Impressionnant. Mais une autre raison pour laquelle je garderai de bons souvenirs est que Freddy, au-delà d’être une pilote rapide, est un chic type, qui m’a toujours surpris par son ouverture et son honnêteté vis à vis des adversaires. Il n’hésitait jamais à leur donner un bon conseil. Il se retire alors qu’il est au sommet. Chapeau!»

«Sa détermination, son professionnalisme et son sens élevé des relations humaines sont les trois choses qui vont rester avec moi pour toujours», a déclaré Éric Dupain premier co-pilote de Freddy Loix en 1990. «Freddy a toujours un forçat à l’entraînement aussi bien dans qu’en dehors de la voiture. Dans nos premières années, il reconnaissait chaque spéciale bien 10 ou 15 fois. Nous sommes aussi souvent allés nous entraîner de nuit pour la vitesse. Il était un redoutable compétiteur mais en dehors de la voiture il consacrait du temps aux fans et à la presse. Freddy Loix a suivi les traces des grands pilotes de rallye comme Robert Droogmans, Patrick Snijers et Bruno Thiry. Avec son style et son professionnalisme, il a ouvert la voie pour d’abord François Duval et plus tard Thierry Neuville. Loix a donné un caractère mondial au rallye belge.»

«Les grands champions savent s’arrêter au bon moment» a estimé Vincent Struyve, le marketing et communication manager de Skoda Belgique, l’employeur cette saison du quadruple champion de Belgique des rallyes. «Nous avons atteint tous les objectifs que nous nous étions fixés: un 4e titre de champion de Belgique, une 11e victoire à Ypres (dont 6 au volant d’une Skoda Fabia) et le titre des constructeurs pour Skoda. Cela s’est aussi réalisé d’une manière magnifique avec six victoires lors des six premiers rallyes de la saison.»