MUSIQUE

Le mois de mai 2016 dans la ziquemachine à remonter le temps

Petit moment de détente musical. Qu’écoutait-on en avril 2006, 1996, 1986, etc.? Réponse dans ce petit montage signé Patrick Zirpolo qui nous emmène dans une ziquemachine à remonter le temps.

2006 Diam’s – La boulette

«Alors ouais j’me la raconte, ouais ouais je déconne, nan nan c’est pas l’école qui m’a dicté mes codes, on m’a dit qu’t’aimais le rap voila de la boulette, sortez les briquets fais trop dark dans nos têtes…» En mai 2006, un tube écrase tout sur son passage: La boulette de Diam’s cartonne. Entré en 9e position de l’Ultratop le 4 mars, le titre n’en sortira qu’au milieu du mois d’août. Entre-temps, il sera resté 5 semaines numéro un. Un coup de maître pour Diam’s – Mélanie Georgiades, 25 ans à l’époque – qui a déjà connu le succès en 2003 avec son album Brut de femme et le single DJ. Dans ce morceau, elle évoque les problèmes de la jeunesse, tacle Sarkozy et Cantat…

L’info pour faire le malin. Deux ans après ce succès, elle se convertit à l’islam. En septembre 2012, elle annonce qu’elle met fin à sa carrière dans le rap.

1996 Boris – Soirée disco

Philippe Dhondt, vous connaissez? Cet animateur radio originaire du nord de la France se fera connaître dans les années 90 sous le pseudo de Boris avec un morceau qui deviendra l’un des tubes de l’été: Soirée disco. «Ce soir, Boris est chez lui, il a éteint toutes les lumières. Il a son p’tit pantalon à pattes d’ef, rouge, pompes blanches. Ce soir, attention, Boris danse…» Tout est parti d’un délire derrière le micro de radio Galaxie, un soir de novembre 1992. Ce n’est que trois ans plus tard que Philippe Dhondt décide de donner une vie sur disque à son personnage. Deux producteurs belges (Bruno Van Garsse et Michel Nachtergaele) croiront à l’aventure.

L’info pour faire le malin. Philippe Dhondt a connu un autre gros succès discographique en 1991 puisqu’il était la voix du groupe Pleasure Game, célèbre pour le titre Le dormeur.

1986 Stéphanie de Monaco – Ouragan

Chanteur connu sous le nom de Jean-François Michaël (Adieu Jolie Candy), Yves Roze a mené dans l’ombre une carrière de producteur intéressante. À son actif, on retrouve des noms comme Renaud (Laisse béton) ou William Sheller (Rock’n’roll Dollars)… En 1986, il suggère à la princesse Stéphanie de Monaco de tenter sa chance dans la chanson. La jeune femme a 21 ans et tente d’oublier le décès de sa mère quatre ans plus tôt en multipliant les projets: ligne de maillots de bain, parfum, magasin de jeans… La chanson qu’on lui propose a été écrite par Romano Musumarra, compositeur pour Jeanne Mas (Toute première fois, Johnny Johnny, L’enfant…). Celle-ci a refusé la chanson. Tout comme Sheila. Stéphanie saute sur l’occasion. Son titre de princesse – plus que ses qualités vocales – fera le reste. Elle restera quatre mois dans le hit-parade.

L’info pour faire le malin. Le succès n’étant pas prévu au départ, aucun clip n’avait été tourné. Dans l’urgence, les producteurs ont fait un montage des images d’enregistrement studio. Par la suite, face au raz-de-marée (NDLR: 1 million de ventes, 2 millions dans le monde) un clip officiel a été tourné où l’on voit la princesse partir à la poursuite d’un mystérieux inconnu portant un chapeau.

1976 Brotherhood Of Man – Save your kisses for me

Au début des années 70, face à la déferlante de la pop suédoise à travers les tubes d’Abba, les Anglais font de la résistance via le groupe Brotherhood of man. Composé de Nicky Stevens, Sandra Stevens, Martin Lee, Lee Sheriden et Barry Upton, le quintet obtient un premier succès en Grande-Bretagne et aux USA avec United we stand. En 1976, ils sont sélectionnés pour participer au concours Eurovision à La Haye (Pays-Bas) avec le titre Save your kisses for me et c’est le jackpot: l’Angleterre remporte le concours pour la troisième fois.

L’info pour faire le malin. Cette victoire sonnera un peu comme le chant du cygne pour le groupe britannique. Certes, ils auront encore quelques tubes dans leur pays, mais la trop grande proximité – en mois bien – avec les productions d’Abba aura raison de leur carrière à l’international.

1966 Tonia – Un peu de poivre, un peu de sel

On reste à l’Eurovision avec Tonia, une jeune chanteuse Bruxelloise qui prouvera que Belgium n’a pas toujours rimé avec «one point». Avec Un peu de poivre, un peu de sel, elle terminera quatrième du concours qui se déroulait au Luxembourg. C’est la première fois que la Belgique se classait à une aussi haute position. Il fut remporté par l’Autriche, avec la chanson Merci, Chérie, interprétée par Udo Jürgens. Tonia, qui était la fille d’un coureur cycliste (Jef Dominicius), mènera ensuite une carrière en Allemagne.

L’info pour faire le malin. La version néerlandaise de la chanson s’intitule… Een beetje suiker! Allez comprendre…

LES PLUS RECENTS