VIDÉOS | Petit clash en musique: Grégoire a-t-il plagié Benjamin Biolay?
Benjamin Biolay ne voit pas qu’une ressemblance fortuite entre sa chanson et le nouveau titre de GrégoireCrédits: Reporters / Abaca
MUSIQUE

VIDÉOS | Petit clash en musique: Grégoire a-t-il plagié Benjamin Biolay?

La chanson française a vu sa période de fêtes animée par une dispute sur fond d’accusation de plagiat.

Grégoire n’ pas seulement ému ses fans avec son single «Mes enfants». Il a également énervé ses détracteurs, qui voient dans les accords et le thème de la chanson une ressemblance frappante avec «Ton héritage», une chanson de 2009 par Benjamin Biolay.

L’auteur de «Ton héritage» se sent lésé et adresse une pique à Grégoire en l’accusant ouvertement de plagiat. Mieux que ça: sur Instagram, il propose à son rival un dernier couplet à sa chanson. Ces quelques lignes ne laissent pas de place au doute: les deux musiciens ne passeront pas le réveillon ensemble.

«

Sachez que copier c’est pas beau. Même si travailler c’est trop dur. Qu’entre cent notes et 3.000 mots, qu’entre les cris et les murmures, y a moyen de faire un morceau, surtout pour sa progéniture. Sans faire d’emprunt ou pas trop... et sans se faire gauler c’est sûr. Qu’il n’y a que la honte qui dure...

»

La réponse en démonstration

Grégoire ne se laisse pas faire et y va lui aussi de sa vidéo sur les réseaux sociaux pour préparer sa défense. Celle-ci se base sur un constat et le prouve en un medley au piano: cette suite d’accords est très commune. Si plusieurs chansons la partagent, ce n’est pas automatiquement du plagiat.

À son tour derrière son piano, Grégoire appuie ses dires en musique. Il démarre son morceau par les premiers mots de «Ton héritage», la chanson supposément copiée, il enchaîne ensuite sur «I will survive» puis sur «Le temps des fleurs». «Le géant de papier», «Les feuilles mortes», et enfin son propre morceau «Mes enfants», complètent le bouquet.

En bref: oui, leurs deux chansons se ressemblent à l’oreille. Mais ce ne sont pas les seules. Quant au thème et à l’ambiance de la chanson, Grégoire estime que son accusateur ne peut pas s’arroger le monopole de ceux-ci. D’ailleurs, il fait le parallèle entre les paroles de «Ton héritage» et un poème de Kipling, «Si...». L’arroseur arrosé?

À qui profite le «crime»?

Tant que cette dispute ne se traduit pas en plainte en justice, les deux artistes profiteront de ce clash qui les fait exister dans les médias. Grégoire prolonge son exposition médiatique, en pleine «tournée promo» de son nouvel album. Le «bad buzz» qui a suivisa reprise dans une gare de « Don’t look back in anger » lui avait d’ailleurs valu une exposition inespérée. Benjamin Biolay, lui, doit se régaler de parler d’autre chose que de l’émission «Nouvelle Star» qui peine à attirer son public.

Lors d’une «story» Instagram, Benjamin Biolay a réagi à la réponse de Grégoire. Il persiste et signe: «Le maître de musique. Il nie comme jamais. J’en étais sûr mais on s’est bien marré!» Cette hilarité affichée et l’utilisation du passé composé laissent penser qu’il en restera là. Un petit coup de buzz et puis s’en va.

Plagiat ou non? Faites-vous votre avis

Voici ci-dessous les deux chansons qui alimentent la polémique. De fait, elles sont très proches musicalement, dans les paroles et dans la diction. Ressemblance fortuite ou copie pure et simple? À vous de forger votre opinion et la partager via le module de sondage en fin d’article.

Après tout, l’imitation n’est-elle pas le plus beau des compliments?

LES PLUS RECENTS