De Depienne à Jalhay, le onze décalé du week-end
Le onze décalé du week-end.Crédits: Eda
Football

De Depienne à Jalhay, le onze décalé du week-end

Chaque vendredi, découvrez notre 11 décalé du week-end, où ce ne sont pas forcément les meilleures performances qui sont mises en avant.

Gardien

Florentin Hérion (Nassogne) À force de multiplier les spasmes (dixit le commentateur de TV Lux), qui s’étonnera encore qu’il ait fini le match dans l’ambulance ?

Défenseurs

Antoine Félix (Rossignol) Certains l’ignoraient peut-être, mais chez les Lochnots, le foot se joue aussi avec les mains et le roi de la touche a encore frappé. Cette finale contre Nassogne portait la griffe de Félix.

Geoffrey Jalhay (Mormont) Décidément, le monde ne tourne plus rond. Même l’homme de fer de Mormont a fini par se briser. Va falloir remettre la forge en activité pour réparer tout ça.

Éric Ruelle (Vecmont) À l’heure de la distribution des prix, c’est Mageret qui décroche son ticket pour la P2, mais Ruelle se consolera avec la palme du penalty le plus discret de la saison. Une autre version de la main de Dieu…

Médians

Arthur Monhonval (Rossignol) Arthur était le roi du terrain dimanche. Et sa volée, digne d’un coup d’épée, a mis Nassogne à genoux. Cet Arthur est une légende désormais à Rossignol.

Julien Depienne (Rossignol) C’est prouvé : on peut s’offrir un enchaînement foireux crampons – genou à 3 cm de la ligne et devenir un des héros du jour.

Benjamin Feller (Waltzing) Un corner direct et un billet qui l’est tout autant pour la P2. Tandis qu’Houffalize reste en zone de transit.

Attaquants

Jioannel Saint-Aimé (Grandvoir) Son tour final ? Trois matches, six buts et la montée. L’art de se faire aimer… juste avant de tomber dans les bras d’une autre.

Renaud Émond (Standard) Quand le moral d’Emond est à la baisse, SOS Waasland est toujours là pour le lui remonter.

Edvin Muratovic (Virton) Il paraît qu’il y avait beaucoup de sable sur le terrain de Heist. Ça devait même être des sables mouvants devant le but…

Kevin Jenon (Mageret) La Madjer à la sauce mageretoise. Servie juste à l’heure du dessert. Et manifestement le plat de trop pour des Vecmontois qui avaient déjà commandé le pousse-café.

LES PLUS LUS
PHOTOS ET VIDEOS