FOOTBALL

Les Anderlechtois ont fait la fête avec leurs supporters: «dingue de les voir si nombreux alors qu’ils bossent» ce vendredi

Même s’ils ont acquis leur 34e titre à l’extérieur, les Mauves d’Anderlecht n’ont pas manqué de faire la fête avec leurs supporters. Ceux-ci les attendaient nombreux au stade après leur victoire à Charleroi.

Les supporters anderlechtois auront dû se montrer patients. Alors que le retour des joueurs était annoncé vers 23 h 30, il était quasiment une heure du matin quand le bus des Bruxellois s’est enfin imobilisé devant la horde de journalistes, au pied du stade Constant Vanden Stock.

Si un DJ bien trop bruyant et une grosse averse au coup de sifflet final avaient quelque peu gâché la fête jusque-là, le stade pouvait véritablement exploser à l’entrée des joueurs sur le podium dressé pour l’occasion au milieu du gazon anderlechtois. Après des applaudissements pour René Weiler, les ouailles de l'entraîneur suisse ont eu droit à l’ovation qu’ils méritaient, de quoi faire rapidement oublier un titre acquit loin de leur base. «C’est dingue de les voir si nombreux alors qu’il ne faut pas oublier qu’ils doivent tous aller bosser demain, se réjouissait Olivier Deschat qui fêtait son huitième titre de champion de Belgique. Mais cela reste malgré tout fantastique. C’est quelque chose qu’on ne peut pas acheter, il faut le mériter. C’est génial.»

Débarqué en janvier dernier en provenance du grand rival, le Standard de Liège, Adrien Trebel n’a pas manqué de fêter sont deuxième trophée belge, après la Coupe de Belgique acquise en 2016 avec les Rouches justement. «Pour l’instant, on ne réalise pas trop, jubilait le Rouquin. Il y a beaucoup d’émotion et de joie, mais il faudra au moins un ou deux jours pour faire redescendre la pression. On prendra alors conscience des choses. Que ce soit à domicile ou à l’extérieur, le principal est d’être champion. Les supporters nous ont attendus plus de deux heures, ils sont là, présents nombres, ce titre est aussi le leur.»

«

C’est dingue de les voir si nombreux alors qu’il ne faut pas oublier qu’ils doivent tous bosser demain. C’est quelque chose qu’on ne peut pas acheter, il faut le mériter.

»

«C’est pour ces moments-là que nous jouons au football, glissait de son côté Sofiane Hanni. Pour vivre ce genre d’événements. La fête a commencé à Charleroi, dans le stade, les supporters étaient nombreux, on se sentait comme à la maison.»

La fête allait-elle se prolonger jusqu’aux petites heures? «Je ne pense pas, terminait l’Algérien. On va profiter de ce moment avec nos supporters, puis on rentrera sagement à la maison. On fera une plus grosse fête dimanche pour le dernier match de la saison.»

«

On va profiter de ce moment avec nos supporters, puis on rentrera sagement à la maison. On fera une plus grosse fête dimanche pour le dernier match de la saison.

»

Photos : EdA - Mathieu Golinvaux

LES PLUS RECENTS