Attentat: l’homme signalé à la France par la Belgique «est-il lié de près ou de loin à ce qui s’est passé sur les Champs-Élysées?»
-Crédits: Reporters/Photoshot
MONDE

Attentat: l’homme signalé à la France par la Belgique «est-il lié de près ou de loin à ce qui s’est passé sur les Champs-Élysées?»

L’information a été officialisée: un avis de recherche visant un homme signalé par la Belgique a été transmis à la France, frappé en plein cœur par un attentat hier soir.

L’homme signalé ce jeudi par les services belges à leurs homologues français et soupçonné d’avoir voulu se rendre en France, touchée hier soir par un attentat sur les Champs-Élysées, s’est présenté dans un commissariat d’Anvers, a indiqué le ministère français de l’Intérieur.

«L’homme faisant l’objet d’un avis de recherche diffusé par les autorités belges s’est présenté dans un commissariat d’Anvers», a déclaré à l’AFP le porte-parole du ministère Pierre-Henry Brandet.

Interrogé sur cette fiche de recherche sur la radio Europe 1, Pierre-Henry Brandet en avait confirmé l’existence tout en s’interrogeant sur un lien avec l’attaque commise sur les Champs-Élysées, au cours duquel un policier a été tué, deux autres fonctionnaires de police blessés ainsi qu’une touriste étrangère. L’assaillant, un Français de 39 ans, a été tué par les policiers.

«Est-il lié de près ou de loin à ce qui s’est passé sur les Champs-Élysées?»

L’homme signalé par les Belges «est-il lié de près ou de loin à ce qui s’est passé sur les Champs-Élysées? Je ne peux pas vous le dire […], il y a un certain nombre d’informations à vérifier», avait-il indiqué avant d’ajouter: «on ne peut se permettre de fermer aucune porte.»

Selon un porte-parole du parquet fédéral belge, interrogé ce vendredi par l’AFP, «tout ce que qu’on peut dire, c’est qu’à l’heure actuelle, à 9h15 ce matin, il n’y a pas de lien entre cet événement (la fusillade à Paris, NDLR) et la Belgique», même si «l’enquête se poursuit activement en étroite collaboration avec les enquêteurs français».

Un billet de train Thalys, des armes et des cagoules

Selon une source proche de l’enquête sur la fusillade des Champs-Élysées, l’homme signalé par les Belges, âgé de 35 ans et présenté comme «très dangereux», devait être entendu dans un dossier belge. Lors d’une perquisition, les autorités belges avaient trouvé un billet de train Thalys pour la France en date du 20 avril 2017, des armes à feu et des cagoules.

«Youssouf E. O.» s’est donc rendu dans un commissariat à Anvers. Son avocat, Nabil Riffi, a affirmé à plusieurs médias que l’homme travaillait dans une station-service au moment des faits.

«Nous n’avons pour le moment aucune information sur un lien belge»

Les ministres de l’Intérieur et de la Justice, Jan Jambon et Koen Geens, n’ont pas confirmé les liens avec la Belgique qui ont été évoqués à la suite de l’attentat.

«Nous n’avons pour le moment aucune information sur un lien belge», a indiqué Geens ce matin lors de son arrivée au conseil des ministres. L’homme soupçonné d’être l’auteur de la fusillade est un Français, a précisé Jambon.

LES PLUS LUS
LES PLUS RECENTS