Pokémon Go accueille 80 nouvelles bestioles et connaît les bugs de ses débuts
Belgique

Pokémon Go accueille 80 nouvelles bestioles et connaît les bugs de ses débuts

L’application phénomène de l’été dernier se paie une importante mise à jour ce vendredi, en accueillant 80 nouveaux monstres de poche. Les joueurs répondent toujours présents.

Les irréductibles fans du jeu Pokémon Go peuvent désormais se mettre en chasse de 80 nouvelles bestioles depuis ce vendredi 17 février, date du déploiement d’une importante mise à jour.

Issues de la deuxième génération des jeux Pokémon, ces nouvelles créatures viennent compléter Pokémon Go pour relancer l’intérêt des joueurs.

Il faut dire que le phénomène s’est essoufflé avec l’arrivée de l’hiver et du mauvais temps. Mais les vaillants dresseurs continuent pourtant de se disputer les arènes du jeu et de capturer un maximum de pokémons.

Quelques plus petites nouveautés sont également disponibles dans cette mise à jour (nouvelles baies, plus d’options de personnalisation de son avatar etc.), comme le précise le site de Niantic, développeur du jeu.

Il y a quelqu’un?

Si certains ont rapidement enterré le phénomène, avec la chute drastique du nombre de joueurs après la folie de l’été, Pokémon Go se maintient correctement.

Selon les données du site App Annie, Pokémon Go est resté, en Belgique, dans le Top 20 des téléchargements de jeux depuis sa sortie jusqu’en janvier sur Android, et de sa sortie au mois d’octobre sur iPhone. Le jeu connaît même de temps en temps des pics de téléchargement, selon les événements internes au jeu.

Aujourd’hui, avec la sortie de la nouvelle version, le cauchemar des débuts de l’application s’est rappelé aux bons souvenirs des joueurs, avec un jeu qui refuse de se lancer car les serveurs ne suivent pas.

Le jeu a ainsi été difficilement accessible pendant une partie de la nuit, comme le montre le site ispokemongodownornot.

Pokémon Go accueille 80 nouvelles bestioles et connaît les bugs de ses débuts
Les serveurs du jeu ont répondu très difficilement, au milieu de la nuit, comme le montre ce graphique avec un «décrochage» bien visible, ne permettant plus aux joueurs de se connecter. Photo: -

Un fait confirmé par un message du développeur sur Twitter. «Nous observons un nombre incroyable de connexions de dresseurs». Bientôt suivi par plusieurs messages d’utilisateurs.

Plus d’une heure plus tard, Niantic annonçait la fin des soucis de connexion, tout en gardant les serveurs du jeu sous surveillance.

Dernier pic d’intérêt ou renouveau à plus long terme? Difficile à dire. Mais si les joueurs sont certes bien moins nombreux qu’au début, ils continuent visiblement de répondre présent.

LES PLUS RECENTS
d'articles