• Les 640 élèves se sont réunis sur le temps de midi pour affirmer leur union et leurs différences face à la violence des attentats de Bruxelles.
Namur

A Namur, Notre-Dame pose un slam pour les victimes du 22 mars

Ce vendredi matin, les 640 élèves namurois ont tenu à témoigner de leur solidarité avec les victimes des attentats à Bruxelles.

Ils veulent nous diviser, mais l’union fait la force » clame haut et fort Sabrina, élève de 6e . Comme dans beaucoup d’écoles, une chape de plomb s’est abattue le 22 mars sur la tête des élèves de l’établissement namurois. «C’était une ambiance particulière, teintée d’angoisse » raconte Véronique Dupont. Comment réagir à ces attentats? Comment en parler aux élèves? Autant de questions qui nécessitent une foule de réponses. Et de recul. «Nous avions déjà organisé des hommages et des discussions après Charlie Hebdo et le 13 novembre » explique la directrice, Françoise Beaufays «nous ne voulions pas nous répéter, l’initiative des élèves a donc été très bien accueillie. »

Mardi soir, de retour chez elle, Sabrina a le sentiment qu’il faut réagir, organiser quelque chose entre élèves. Le lendemain, son idée fait mouche, suivie par l’entièreté de l’école. Les élèves ont organisé une capsule vidéo, dans laquelle chacun est libre d’exprimer sa solidarité, son soutien, ses pensées aux victimes. Dans un seul message, chacun témoigne de sa différence et de ses singularités. Dans une école où le dialogue est une priorité, les élèves ont beaucoup discuté de ces événements brutaux, violents. «Il faut faire attention à ne pas banaliser ce genre d’événements » explique Gaspard «et être prudent devant les discours de haine. »Quant à Nathan, élève de rhétorique, il a fortement hésité à écrire un slam sur les attentats. «C’est difficile d’écrire quelque chose de personnel sur ces événements, quelque chose qui sonne juste pour moi » explique le jeune slameur «chacun a sa propre opinion sur ce genre de faits, et on est vite influencé. D’autant plus que c’est très relayé par les médias. » Nathan s’est finalement exécuté, pour réciter un slam devant toute l’école.

Son texte de deux minutes, personnel, touchant et surtout plein de justesse, a fait mouche «Les droits de l’homme ont explosé en même temps que leurs sacs, mais nous, hommes, nous éviterons l’impact. » Salves d’applaudissements.


Slam de Notre-Dame par lavenir-namur

LES PLUS RECENTS